Les offres d’emploi cachées de Decathlon

Pour la deuxième fois en quelques mois je me rends sur le site de recrutement de Decathlon, et pour la deuxième fois en quelques mois je ne trouve pas les offres d’emploi. Voici la page d’accueil du site :

Page d'accueil du site de recrutement de Decathlon (taille moyenne)

Je fais court : les offres sont cachées derrière le petit picto en forme d’avion en papier, en haut à droite de l’écran. En d’autres termes, l’un des éléments essentiels du site de recrutement de Decathlon est caché derrière un tout petit picto incompréhensible et non légendé.

Je m’en amuse sur Twitter. Le community manager (je suppose) de Decathlon recrutement me répond rapidement (c’est rare, c’est sympa) : “normalement c’est écrit”. Alors en effet, sur le grand écran de cette personne, une légende accompagne le picto incompréhensible.

Page d'accueil du site de recrutement de Decathlon (grande taille)

Problème : sur tous les terminaux qui ne disposent pas d’un grand écran, les mobiles les tablettes et les écrans de portables par exemple, il n’y a pas de légende.

Page d'accueil du site de recrutement de Decathlon (tailles multiples avec libellé)

Je l’indique à mon interlocuteur.

À ce moment-là je peux tout entendre ; je crois être ouvert à n’importe quelle réponse. “Je vais en parler aux concepteurs” (l’URSAAF l’a fait, alors pourquoi pas ?), “On l’a déjà remonté mais c’est plus compliqué que ça en a l’air” (je comprends), “On a plus le budget” (je doute que mon interlocuteur soit au fait de ce genre de choses, mais après tout ?) Voire même une absence de réponse, après tout le community manager a probablement mieux à faire que de répondre à un designer ronchon qui s’intéresse aux offres de son entreprise.

Je ne m’attendais sincèrement pas à sa réponse : “Merci pour ton feedback Charles :). Sur tablette et mobile, c’est un choix d’optimisation car il n’y a pas assez de place.”

Pas assez de place ? Pas d’accord, il y a toute la place qu’il faut :

Page d'accueil du site de recrutement de Decathlon (tailles multiples)

Je vais aller plus loin parce que cette page d’accueil me chiffonne. Comme je le disais plus haut il s’agit d’un site dédié au recrutement. Pourquoi les offres d’emploi sont-elles si difficiles à trouver ? Et si on oubliait le picto incompréhensible associé à Instagram et Twitter et qu’on partait sur un bon vieux menu, un truc simple qui marche plutôt bien ?

Page d'accueil du site de recrutement de Decathlon avec menu mis à jour

(J’ai bricolé ça en deux minutes mais je pense qu’on saisit l’idée.)

J’ignore tout de ce site. Je ne sais pas comment il a été briefé, je ne sais pas comment il a été conçu, je ne connais pas son budget etc. Mais il y a une chose que je peux affirmer avec une bonne dose de certitude : de nombreuses personnes vont se rendre sur ce site pour chercher les offres d’emploi. Et si on allait encore plus loin dans cette voie ?

Page d'accueil du site de recrutement de Decathlon avec contenu mis à jour

(Ici aussi c’est un rough bricolé vite fait.)

Plutôt que de mettre l’accent sur les métiers de l’enseigne (qui sont de toute façon accessible dans le menu Nos métiers), j’ai mis l’accent sur le cœur du recrutement : les offres d’emploi. Comme on peut le trouver chez Leroy Merlin, Danone ou Engie – exemples choisis complètement au hasard de mes quelques minutes de pige.

Ce bricolage n’a pas d’autre but que d’ouvrir la discussion. Les concepteurs du site souhaitent manifestement mettre l’accent sur les métiers du groupe, mais est-ce également le point de vue du visiteur ?

Après bien sûr, on peut toujours trouver un moyen de rendre les offres d’emploi encore plus difficiles à trouver, comme chez McDonald’s par exemple…

Kids Creative Camera, l’appareil photo du diable

Ma fille a reçu un appareil photo numérique pour son anniversaire. Son grand-père a choisi un modèle pour enfant sur le site Cdiscount (mais on peut également le trouver chez Amazon ou Priceminister) et l’a fait livrer directement chez nous.

Le voici :

Appareil photo numérique Kid's cam

Je fais simple : il n’y a RIEN qui va avec cet engin. Si Satan cherchait à concevoir un appareil photo numérique, il ne pourrait probablement pas faire mieux (pire) que ça.

Quelques remarques au sujet de l’objet lui-même dans un premier temps. Cet appareil photo, destiné aux enfants, est livré sans carte mémoire et ne dispose d’aucun système de stockage interne. Autrement dit : si l’acheteur oublie d’ajouter une carte mémoire à sa commande (ce que l’on conçoit sans peine de la part de l’acheteur d’un engin de ce genre), l’enfant ne pourra tout simplement pas utiliser l’appareil lorsqu’il le recevra. On imagine facilement la déception du gamin.

Dans mon cas heureusement (?) pas de problème, je trouve une vieille carte SD au fond d’un tiroir… et je découvre le deuxième point de l’enfer : pour mettre en place la carte mémoire et les piles, il faut enlever deux vis minuscules sous l’appareil.

Trappe de l'appareil

À chaque fois que j’aurai à changer les piles de l’appareil, je devrai utiliser un tournevis ! Une opération pénible d’ailleurs : les vis sont minuscules, le tournevis (fourni !) également… sans parler du cache particulièrement difficile à mettre en place. Point amusant : les vis sont si petites – et donc si facile à perdre – que l’appareil est fourni avec deux vis supplémentaires !

Visserie fournie avec l'appareil

Bref. J’insère les piles et la carte mémoire, je démarre l’appareil… et j’entre dans un nouveau monde de douleur et de confusion.

Il faudrait des heures pour expliquer tout ce qui ne va pas dans le logiciel interne de cet appareil – le problème principal étant justement qu’il ne s’agit pas d’un logiciel conçu spécifiquement pour cet engin mais du logiciel d’un autre appareil photo qu’on lui a collé. Je vais donc lister en vrac les points les plus diaboliques de l’interface.

• L’appareil ne dispose que de cinq boutons : le déclencheur, le bouton d’allumage Power, la croix et les flèches gauche et droite. Ce choix rend l’utilisation de l’appareil extrêmement complexe : pour afficher la photo que l’on vient de prendre par exemple, pas de bouton Play comme partout ailleurs, il faut appuyer sur le bouton Power (pas trop longtemps sinon l’appareil s’éteint, évidemment.) Conséquence logique de ce manque de boutons, la navigation dans le menu (accessible après trois pressions sur le bouton Power) est un CAUCHEMAR.

Menu de l'appareil

– Pour naviguer entre les trois onglets en haut (photo / vidéo / outils), dont les icônes sont positionnées horizontalement, pas question d’utiliser les flèches gauche et droite : il faut utiliser le déclencheur.

– Pour naviguer de haut en bas dans le menu affiché, il faut utiliser les flèches gauche et droite.

– Pour valider un choix ou entrer dans un sous-menu, il ne faut pas utiliser la flèche droite (alors qu’une flèche droite est affichée à l’écran !), il faut utiliser le déclencheur.

– Pour annuler un choix ou revenir en arrière, pas question d’utiliser la croix comme dans tous les menus du monde : elle ne fonctionne pas (elle émet juste un bruit bizarre).

– En bas de l’écran on peut lire les mentions OK : Enter et M : Back. Problème : il n’y a ni bouton OK ni bouton M sur l’appareil.

(J’arrête là, tout lister serait trop long.)

• L’appareil n’a pas de mémoire interne. Autrement dit, tous les paramètres (résolution des photos et des vidéos en particulier) seront perdus à chaque changement de pile. Edit : ce n’est pas aussi simple, apparemment les paramètres sont bien sauvegardés mais s’envolent de temps en temps.

• Par défaut, l’appareil émet des bruits insupportables. Ma préférence va aux sons de pistolet laser émis par les flèches gauche et droite, mais la fanfare futuriste du démarrage vaut aussi le détour. Il est bien entendu possible de les désactiver en passant par le menu : comptez trois ou quatre bonnes minutes pour y arriver. À refaire à chaque changement de piles, évidemment.

Mais ce n’est pas tout… En vrac, l’écran est tellement petit que plusieurs informations ne sont tout simplement pas lisibles (la police de l’horodatage des photos – option activée par défaut – doit être en taille 2 ou 3), le viseur optique cadre n’importe comment (c’est à pleurer de rire, heureusement que personne ne l’utilisera), le mode d’emploi (trois photocopies mal agrafées) est écrit dans un français si mauvais que l’on se demande si une traduction via Google n’aurait pas fait mieux, le mode vidéo ne fonctionne pas correctement (je ne sais pas pourquoi, mais quand je fais dix secondes de vidéo seule les deux ou trois premières sont enregistrées. Peut-être une histoire de mémoire tampon ?)… Quant à la qualité des photos, ma foi… À partir du moment où l’appareil est quasiment inutilisable, est-il vraiment nécessaire d’en parler ? Oh, j’oubliais, trois fois rien : en redémarrant l’appareil à l’instant j’ai perdu l’intégralité des photos que j’avais prises pour le test. Voilà.

Notice de l'appareil

Cet objet représente tout ce que le monde actuel fait de pire. Il n’est pas seulement inutile, c’est un énorme gâchis de matière et d’énergie. Pour tout dire je ne sais même pas quoi en faire : le donner ? Mais je ne souhaite à personne d’utiliser un truc pareil ! Le jeter ? Il est neuf ! (Je ne peux malheureusement pas le faire reprendre par le site marchand.) Alors si quelqu’un a une idée…

Le parcours du combattant Signal-spam

J’ai évoqué récemment sur Twitter les méthodes très douteuses de Photoweb, qui envoie (entre autre) des newsletters à ses clients alors qu’ils ont bien précisé ne pas vouloir en recevoir (et qui l’explique tranquillement dans sa réponse). On me demande s’il existe un moyen de dénoncer ce genre de démarche ; je me dis que ça vaut le coup de jeter un œil.

Une recherche rapide sur Google me renvoie vers le site de la CNIL. Après une succession de pages plutôt bien conçues, un message m’indique que la commission ne s’occupe plus de ce genre de choses et me renvoie vers le site de l’association signal spam. Je me rend sur leur site.

Je clique sur le gros bouton rouge de la homepage Signaler un spam et je suis redirigé sur cette page :

Il faut créer un compte pour pouvoir signaler un spam. Disons-le clairement, ça commence très mal : pourquoi doit-on impérativement créer un compte ? Pourquoi ne peut-on pas par exemple transférer le spam reçu directement à une adresse e-mail dédiée ? La réponse cette question est dans la FAQ :

Pour signaler un spam, un simple transfert d’e-mail ne suffit pas car il devient impossible de récupérer les informations techniques nécessaires à l’identification du spammeur.

Le moins que l’on puisse dire est que cette réponse n’est ni claire ni satisfaisante. Selon la FAQ toujours, voici la raison pour laquelle la création d’un compte est obligatoire :

Comme la grande majorité des services en ligne, Signal Spam demande aux utilisateurs de s’inscrire afin d’éviter les signalements anonymes en masse, pour des questions évidentes de sécurité et de fiabilité du système. Par ailleurs, l’inscription permet également à l’utilisateur de garder un historique des signalements effectués, à travers son espace personnel en ligne.

Décortiquons ce paragraphe :

Comme la majorité des services en ligne : comme ma maman disait, “si tout le monde se jetait d’un pont tu en ferais autant ?”

Afin d’éviter les signalements anonymes en masse : vos utilisateurs n’ont pas à subir les conséquences de vos problèmes.

Pour des questions évidentes de sécurité et de fiabilité du système : en quoi ces raisons seraient-elles évidentes ?

Garder un historique des signalements : ce n’est pas une raison valable pour imposer la création d’un compte client.

Je le dis clairement : si je n’avais pas eu l’intention d’écrire une note au sujet de ce site, j’aurais abandonné là.
J’ai déjà perdu pas mal de temps à chercher comment signaler un spam, je n’allais pas en perdre davantage en m’infligeant la création d’un énième compte client.

J’ajoute que le lien Créer un nouveau compte gris clair sur fond blanc est quasiment invisible : pourquoi ne pas l’avoir mis en valeur ? Pourquoi ne pas avoir ajouté un lien sur le texte vous inscrire pour continuer qui se trouve dans l’espèce de message d’erreur au dessus ? Bref, je fais court, il y a encore tellement à dire.

Je clique sur le lien Créer un nouveau compte et l’amusement continue. Voici le formulaire que l’on me demande de remplir.



Rien de tel qu’un formulaire interminable pour donner envie de s’inscrire !
 D’autant que son contenu mériterait lui aussi une révision :

• On me demande un “nom d’utilisateur” : pourquoi ne pas utiliser mon adresse e-mail comme identifiant ? Si demander un nom d’utilisateur dans le cadre d’une démarche de pseudonymat (par exemple) a du sens, je ne vois vraiment pas l’intérêt ici.

• Il faut saisir l’adresse e-mail deux fois, il faut saisir le mot de passe deux fois… Ce n’est pas trop grave mais en 2018 on est en droit d’attendre des formulaires un peu mieux conçus.

• Le gros morceau : je dois fournir mes coordonnées complètes… sauf si je coche la case inscription simple (ndlr : lol) et anonyme. Deux remarques aux concepteurs du site : 1. vous ne trouvez pas que la démarche est assez compliquée comme ça ? 2. Y a-t-il un intérêt à fournir ses coordonnées complètes ? Vous ne l’indiquez même pas ! (Une fois encore il faudra aller lire la FAQ pour en savoir plus.)

J’en profite au passage : pour un service de ce genre, j’aurais aimé que les conditions d’utilisation (que l’on doit valider pour créer le compte) soient plus courtes ou bien résumées, parce qu’encore une fois personne ne va lire les X pages de texte de la fenêtre modale.

Bref, je remplis le formulaire et je valide. Vais-je pouvoir signaler mon spam ? Sûrement pas : le compte est créé mais il n’est pas encore activé. Dans le cadre d’une démarche anti-spam j’imagine (ndlr : lol, bis), je dois donc attendre la réception d’un e-mail de confirmation pour pouvoir poursuivre la procédure.

Je repasse ainsi par mon client mail, clique sur un lien de validation pour confirmer mon inscription et saisis mon nom d’utilisateur puis mon mot de passe pour accéder à mon “espace signalant”.

Une page dédiée à mon activité de signalant donc, qui récapitule mes dernières démarches auprès de l’association. Il aurait été intéressant de créer une landing page plus appropriée pour les nouveaux inscrits (qui n’ont par définition aucune activité connue)… ou tout simplement de les renvoyer directement vers la page de signalement. Je m’y rends.

Un petit texte d’introduction m’indique comment procéder (ça commence mal) : soit j’utilise un module signal spam sur mon navigateur, soit je copie-colle le code source de mon spam dans le “formulaire” (une zone de texte en réalité, mais peu importe.) Pourquoi faire simple ? En d’autres termes, s’il restait encore des gens qui cherchaient à signaler un spam après tous ces efforts, on peut être certain qu’on les perdra ici.

Poursuivons la blague. Je clique sur le lien Si vous avez besoin d’aide pour afficher les sources de votre message, découvrez comment le faire dans votre logiciel de messagerie. Je suis envoyé vers cette page :

… dont l’unique contenu est un énorme bouton rouge qui me renvoie sur la page précédente ! Si vous cherchez de l’aide pour afficher les sources d’un e-mail, allez voir ailleurs. (Ndlr : j’ai fini par tomber sur la bonne page en parcourant la FAQ. C’est la première fois que je passe autant de temps dans l’aide d’un site internet !)

Il est donc nécessaire d’installer un module externe pour signaler son spam. Un module pour son navigateur, un module pour son client mail, rien n’est expliqué, débrouillez-vous braves gens. Est-ce que quelqu’un parmi les concepteurs du site s’est demandé combien de gens seraient capables d’aller au bout de la démarche ? Sincèrement ? Je n’aime pas prendre cet exemple parce qu’il a beaucoup de limites, mais : pensez-vous vraiment que votre père sait installer un plugin Firefox ? Que votre sœur sur son smartphone (je n’ai pas parlé de mobile, mais il y a déjà tellement à dire…), que votre mère sur sa tablette va comprendre ce que vous racontez ? Non mais regardez le tutoriel qu’il faut suivre pour installer un module sur Thunderbird par exemple, vous pensez vraiment que beaucoup de gens sont capables de faire tout ça ? Vont s’amuser à faire tout ça ? Pour signaler un spam ?! Après tout le temps qu’ils ont déjà perdu ?!!

Au passage le tutoriel est erroné, à l’étape 3 il est question d’un bouton Installer qui n’est présent nulle part sur un Thunderbird à jour. On est plus à ça près je suppose.

Une fois l’extension installée j’essaie de signaler un spam à l’aide d’un bouton qui s’est ajouté à l’interface de mon client mail. Il me faudra encore remplir ce formulaire :

Notez le placeholder (le texte en gris clair) dans le champ Nom d’utilisateur : différent de l’adresse e-mail. Autrement dit Tout le monde se trompe et colle son adresse e-mail, alors on a ajouté un petit message d’avertissement plutôt que de cesser de demander un nom d’utilisateur à la création du compte.

Et c’est seulement maintenant que je peux signaler un spam. Après la recherche sur Google, après la consultation du site de la CNIL, après la création d’un compte sur un site tiers, après la validation par mail, après la connexion au compte, après l’ajout d’une extension, après la connexion au plugin. Oh et puis il ne faut pas imaginer un truc foufou quand on signale un spam dans Thunderbird : lorsque l’utilisateur appuie sur le bouton de signalement, le message disparaît. C’est tout. En réalité il a été déplacé dans le dossier spam de Thunderbird et transmis à mon espace signalant, mais les concepteurs n’ont pas jugé bon de l’indiquer à l’utilisateur.

Je suis désolé pour le ton assez acerbe de cette note, mais ce système est une telle déception… Quel peut bien être l’intérêt d’une telle plateforme ? J’ai l’impression que le site existe parce que la CNIL a demandé à un prestataire de le mettre en place mais que personne ne s’en est jamais réellement occupé. Je ne suis pas le premier à être déçu : en 2010 déjà l’auteur de cet article s’étonnait de l’absence de bilan de signal spam. Je crains que les choses ne se soient pas réellement améliorées depuis.