5 janvier 2012 5

Design : une illustration peut-être, une infographie sûrement pas !

By in design, design web, réseaux sociaux

D’après la définition de Wikipedia (la définition du Larousse ne s’applique pas), l’infographie de presse « désigne des graphes destinés à mettre en image des informations généralement statistiques au moyen de diagrammes. »

Il s’agit d’un moyen très en vogue sur internet (autant dire que ce n’est pas récent) pour illustrer des informations de toutes sortes : l’usage des téléphones mobiles, les revenus des artistes… voire l’utilisation des infographies elles-mêmes. Je me suis moi-même amusé à retravailler mon CV sous cette forme il y a quelques années.

Lorsqu’elles sont bien conçues, ces infographies permettent de mieux comprendre les données qu’elles mettent en scène. Voici un exemple très simple tiré de la première page du site de Dave Mc Candless, Information is beautiful, dont je parlais dans une note précédente :

infographie de Dave Mc Candless issue du site Information is Beautiful

Chaque carré est composé d’une couleur (le type de catastrophe, avec un repère en prime) et d’une surface (l’étendue de la catastrophe). L’ensemble est parfaitement compréhensible et permet de comparer les données entre elles. J’ajoute que l’auteur explique sa façon de procéder dans l’article associé et qu’il fournit un lien permettant de consulter les données utilisées.

Ça, c’est une infographie de qualité : facile à appréhender, utile et claire.

Il y a deux jours, je suis tombé sur un article intitulé « 2011 en réseaux », publié sur le site d’ecrans.fr et relayé ici ou . Je cite la première phrase : « Libération a publié le 30 décembre cette infographie bilan de 2011 sur les réseaux sociaux ». Voici l’infographie en question :

infographie de Liberation "2011 en réseaux"

Cette image met en avant un grand nombre de données. Ces données sont présentées de façon presque totalement anarchique : par nombre d’utilisateurs ? Linkedin devrait se trouver entre Twitter et Google+, pas en bas de page. Par genre ? Google+ et Tumblr, qui n’ont rien à voir, sont côte à côte. Quant aux autres chiffres, ils ne sont pas comparables entre eux : 870 millions d’utilisateurs de Facebook (à mon avis il s’agit plutôt du nombre de comptes existants, ce qui n’est pas du tout la même chose lorsque l’on parle de près d’un milliard de profils), 15 millions de titres disponibles sur Spotify, 500% de tweets postés depuis le Japon dans l’heure qui a suivi le séisme…
(Note : je pourrais continuer très longtemps sur ce sujet, mais je préfère raccourcir.)

Pire : l’illustrateur a ajouté un tas d’éléments visuels qui viennent perturber encore plus la lecture. Que font tous ces oiseaux-logos-de-Twitter partout ? Que font tous ces pictos en plein milieu de l’image ? Et pourquoi mettre un # devant « amywhinehouse », alors que le texte associé ne fait pas référence à Twitter mais à Facebook ?

Quant aux sources, une phrase absolument illisible indique… qu’il faudra se débrouiller pour aller les chercher. L’image était destinée à l’édition papier du journal : peut-être que des liens étaient fournis à côté ?

Alors : une infographie, vraiment ? Si je reprends la définition de Wikipedia, ça ne colle pas : il n’y a pas de diagramme sur cette image. Mais au delà de cette définition, le plus gros problème de cette image, c’est qu’elle informe (vraiment) moins bien qu’une simple liste à puces. En d’autres termes, elle n’est pas seulement illisible, elle est aussi superflue !

Je suis très ennuyé de parler de cette manière d’un travail qui a dû demander beaucoup de temps, mais je n’arrive pas à comprendre comment on peut produire une image de ce type. Cela dit je me trompe peut-être : si la demande initiale était « flanquez-moi toute une série de chiffres relatifs aux réseaux sociaux sur une illustration », ça colle. En revanche, si la demande ressemblait à « aidez les lecteurs à mieux cerner la diversité et l’utilisation des réseaux sociaux », il y avait sans doute beaucoup mieux à faire.

Bonus

En retournant sur le site d’ecrans.fr à l’instant, je tombe sur cet article (en page d’accueil) : « le journalisme les doigts dans les données ». On y lit des choses très intéressantes, comme cette phrase : « Pour le moment, faute de moyens et de réelle volonté, ces travaux qui se revendiquent du journalisme de données restent souvent coincés quelque part entre l’infographie et l’animation de chiffres, n’atteignant que rarement le travail de fond désormais courant dans la presse anglo-saxonne. »

Publier cette phrase 4 jours après avoir publié (relayé) l’infographie ci-dessus ? C’est un choix intéressant.

5 commentaires

Tags: ,

5 Responses to “Design : une illustration peut-être, une infographie sûrement pas !”

  1. Florent dit :

    Je partage cet avis, dans la masse d’infographies qui circulent chaque jour aujourd’hui, celles qui permettent réellement de mieux comprendre des chiffres complexes et fiables sont assez rares :-/

    Pourtant, de qualité ou non, l’infographie est plus ludique à parcourir qu’un article détaillé… on a peut-être aussi tendance à se laisser attraper trop facilement par ce format ?

  2. charleslp dit :

    Personnellement je ne trouve pas cette infographie plus ludique à parcourir qu’un article détaillé. Au contraire, je la trouve particulièrement confuse (et esthétiquement peu à mon goût). Du coup je penche pour la seconde option : c’est joli, c’est tendance, alors on va en coller partout…

  3. jazzafing dit :

    Je découvre ton article sur ce sujet un peu tardivement mais je suis tout à fait d’accord avec toi (surtout vu cet exemple qui n’est malheureusement pas si atypique que ça).

    On se retrouve avec un problème récurrent des graphistes/infographistes :
    plutôt que de faire utile et intéressant, c’est-à-dire rendre graphiquement un sujet qui n’est pas forcément complet en texte ‘seul’, ils font ou essayent de faire beau

  4. jazzafing dit :

    Edit : (en passant, n’y aurait-il pas moyen de bloquer la validation par 2x la touche entrée(return) pour valider cet réponse ? Je voulais simplement sauter à la ligne 2x dans le cadre d’écriture de message).

    Edit : j’ai failli me faire avoir une 2e fois…

    Donc,…. ils essayent de faire beau en oubliant des règles basiques de présentation de données, et là je pense aux bases d’une présentation en tableau abscisses/ordonnées, aux échelles de valeurs (log, stricte, proportionnelles, etc.). C’est un problème que l’on retrouve à la tv aux infos, où les graphiques montrés (ex en éco) sont souvent ‘faux’ car leurs échelles sont tronqués, sans indice de références, et j’en passe et des meilleurs, tout ça pour ‘simplifier l’information’ ou pire ‘la rendre ludique’, marotte moderne de la communication (qui a dit Debord et sa société du spectacle ?) L’exemple d’infographie des catastrophes est-il ludique ? Non, et pourtant on a l’impression d’en savoir plus que sur l’autre infographie…).

    Pour avoir travaillé sur la présentation graphique de donnés liés à la traite négrière (cas d’école : comment représenter l’échange d’adultes et d’enfants contre des tissus, armes, boissons, et autres objets de qualité à valeur marchande), tout designer/graphiste devrait d’abord s’intéresser aux données brut et aux sujets qui les portent. Et lire (parfois) des bouquins sur la sociologie et la statistique qui permettent d’apprendre ce qu’est un chiffre, un pourcentage, une donnée, ou même ‘dix’ verts ne valent pas forcément ‘dix’ bleus…

    Sûr ce, le sujet et l’approche étant intéressante, je m’en vais découvrir la suite de ton blog.
    Bien à toi.

  5. charleslp dit :

    Merci de ton commentaire, et content que le blog te plaise ! Je n’ai plus beaucoup de temps à y consacrer en ce moment, mais ça reviendra certainement.

    PS. Je n’ai pas réussi à reproduire ton problème de validation. Mes maigres connaissances en WordPress ne me permettraient de toute façon pas de le corriger… :/

Leave a Reply